lundi 20 février 2017

NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. (4/4) : « POÉSIE VERTICALE »


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

ROBERTO JUARROZ

[ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 

  «NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. »  JACQUES BONNAFFÉ LIT LA POÉSIE 
 -RADIO FRANCE CULTURE -  DIFFUSÉ  JEUDI 16 FEVRIER 2017
 DURÉE : 0:03:40 
France Culture 


Jamais la poésie n’est au travelling de la vie, déroulante ou minutée, elle est prise de montées, ou de plongées verticales. Elle se dédouble plutôt que de croire à ses histoires, et voit sa chute en même temps qu’elle grandit.

Roberto Juarroz est celui qui interroge Chronos sans relâche et l’envoie balader tendrement. Jamais noir, jamais désespéré il semble fouiller un répertoire d’outre-mots, une mort familière intérieure avec laquelle chaque instant nous nous contextualisons.


La mort parfois nous frôle les cheveux,
nous dépeigne
et n'entre pas.
Est-ce une grande pensée qui l'arrête?
peut-être pensons-nous
quelque chose de plus grand que la pensée même?
Roberto Juarroz - 1925 1995 Poésie Verticale Collection Points (indispensable)
 Textes extraits de :

Aucun commentaire: